Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

samedi 8 juin 2013

The Goose Woman - Clarence Brown - 1926





Jack Pickford ...
Gerald Holmes
Louise Dresser ...
Marie de Nardi / Mary Holmes
Constance Bennett ...
Hazel Woods
Marc McDermott ...
Amos Ethridge
George Nichols ...
Detective Lopez
Gustav von Seyffertitz ...
Mr. Vogel
George Cooper ...
Reporter
Kate Price ...
Matron


80 minutes

A la campagne, une femme seule boit et visiblement se laisse aller. Elle serre dans ses bras quelques photos jaunies puis finit par se passer un cylindre de musique sur un vieux phonographe à manivelle dernier vestige de sa vie passée où alors cantatrice elle obtenait un immense succès et était adulée des foules sous le nom de Marie de Nardi. A la naissance de son fils Gerald elle avait perdu sa voix et lui en voulait terriblement en le tant pour responsable de la fin abrupte de son succès.
Justement Gerald est en route pour retrouver sa mère. Il vient de faire l'acquisition d'une voiture qui semble bien peu fiable. Cahin cahan il finit par arriver chez sa mère qui vit au milieu de ses oies et qui tente de lui cacher qu'elle vient de boire du gin. Gerald l'embrasse à contre coeur et sa mère l'exhorte à ne pas essayer de lui faire entendre raison tout en lui faisant comprendre qu'il est le responsable de sa déchéance. Gerald retourne donc en ville où il attend Hazel Woods, une actrice de théâtre qui semble populaire qui accepte sa demande en mariage.
Plus tard le propriétaire du théâtre Amos Ethridge est retrouvé assassiné devant son portail, tué par balles. Aussitôt la police se rend sur les lieux et les journalistes ne tardent pas à enquêter de leur côté.
La femme aux oies est bien sûr interrogée car elle habite non loin de la scène du crime. Les journalistes ne manquent pas d'écorcher son image en la traitant de poivrote en première page. 
La police se montre un peu plus diplomate et Marie leur annonce avoir vu de loin le meurtrier. Aussitôt le commissaire s'inquiète de l'impression négative que Marie pourrait donner aux jurés. Lorsqu'il apprend qu'il a devant lui la grande cantatrice Marie de Nardi, il la confie à une femme chargée de la rendre présentable. C'est sous l'aspect d'une femme respectable qu'elle est sensée identifier l'homme qu'elle a décrit comme l'assassin de son voisin, or il se trouve qu'il s'agit de son propre fils Gerald ...



Très étonnante cette histoire menée avec brio par Louise Dresser qui se montre très impressionnante dans ce rôle dual : elle incarne à merveilles cette femme dans la déchéance et la femme de spectacle sûre d'elle à tel point qu'elle est presque méconnaissable en Marie de Nardi. Dans le rôle de Mary Holmes, elle semble dure et repliée sur elle même, vivant dans le passé. Une oie semble la suivre partout pendant un moment.
Jack Pickford incarne un homme fragile mal aimé. Plus d'une fois extrêmement touchant il montre une grande vulnérabilité. Constance Bennett dans le rôle d'Hazel joue une jeune femme moderne et quelques scènes nous la montrent jouer dans une pièce de théâtre. C'est amusant de la voir depuis les coulisses et de regarder l'accessoiriste chargé de faire entendre les cris d'un bébé ou le claxon d'une voiture actionner ses instruments. 
Les deux inspecteurs sont visiblement des hommes pressés de démontrer qu'ils détiennent la piste qui les mènera au criminel.  Dès lors ils sont prompts à tirer des conclusions un peu hâtives.
 Bien sûr l'amour de la mère se réveillera lorsque son fils sera soupçonné et sur le point d'être inculpé. Je vous rassure, un happy ending est prévu et comme le demande le commissaire qui remplit un mot croisé, quel mot de neuf lettres commence par un H et finit par un S ? Je vous le donne en mille ...
Happiness !





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres