Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

lundi 26 septembre 2011

After Death - Evgenii Bauer - 1915



Vitold Polonsky ...
Andrei Bagrov
Olga Rakhmanova ...
Kapitolina Markovna, his aunt
Vera Karalli ...
Zoya Kadmina
Mariya Khalatova ...
Her mother (as M. Chalatova)
Tamara Gedevanova ...
Her sister (as T. Gedevanova)
Marfa Kassatskaya ...
Princess Tarskaya (as M. Kasazkaya)
Georg Asagaroff ...
Andrei's friend (as Georgi Azagarov)


46 minutes
Titre original : Posle Smerti

Andrei (Polonski) est un étudiant solitaire qui vit avec sa tante (Rakhmanova). Il passe sa vie entre étudier et à penser à sa mère maintenant décédée. Un de ses amis d'université l'invite à une soirée chez la princesse Tarskaya où il fait la connaissance d'une femme au regard perçant : Zoya, une actrice qu'il va revoir au cours d'un spectacle auquel le convie le même ami. 
Leurs regards se croisent à nouveau et Andrei qui a de la peine à le soutenir s'en va. Peu de temps plus tard il reçoit une missive qui lui donne rendez-vous dans un parc s'il sait qui lui l'envoie. Les deux se rencontrent brièvement dans le parc mais la jeune fille déclare s'être trompée et les jeunes gens se séparent. Plus tard, Andrei apprend la mort de la jeune fille qui s'est empoisonnée au théâtre suite à un amour non partagé. Commence alors le tourment d'Andrei obsédé par la jeune fille ...



Le thème de ce film est l'influence des morts sur les vivants et la manière dont certains fantômes hantent les esprits depuis l'au-delà et finissent par diriger la vie de certains. Au départ, pour bien nous mettre dans le bain, il est fait mention de la fixation d'Andrei envers sa mère décédée et dont l'image trône au-dessus de la cheminée, ce qui nous permet de suivre Andrei dans ses élucubrations morbides.
Lors de la rencontre, comme Zoya s'excuse de le rencontrer dans le parc en prétendant qu'elle pensait qu'il était quelqu'un d'autre, ce qui frappe c'est que le cauchemar qui s'ensuit semble être le fait du hasard.
Après le suicide de Zoya pour cause d'amour non partagé dans une ambiance de tragédie romaine théâtrale, Andrei est dévastée par la culpabilité, même s'il ne sait pas si l'amour non partagé en question le concerne réellement. Mieux il recrée cet amour incertain unilatéralement en fabulant totalement.
Par la suite Andrei finit par vouloir en savoir davantage et contacte la famille de Zoya dont la soeur elle-même croit qu'Andrei est l'homme que sa soeur aimait et lui confie une photo et le journal intime de Zoya.  Ce récit finit par le persuader d'être l'homme en question.

Un film vraiment très personnel et original aux images parfaitement maîtrisées. Les scènes où Andrei, torturé et fiévreux voit depuis son lit la jeune fille et finit presque par pouvoir la toucher sont magnifiques. Comme dans Twilight of a woman Soul les décors sont somptueux (meubles, tentures, plantes vertes, etc) et les pièces témoignent d'un riche passé révolu. De même la jeune fille a le même genre d'apparence tragique et sombre. Ce film est à la fois poétique et assez hypnotique !


Magnifique présentation du BFI et très bel accompagnement musical.


http://www.gildasattic.com/bauer.html





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres