Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

vendredi 13 janvier 2012

Hawthorne of the U.S.A. - James Cruze - 1919




Wallace Reid ...
Anthony Hamilton Hawthorne
Lila Lee ...
Princess Irma
Harrison Ford ...
Rodney Blake
Tully Marshall ...
Nitchi
Charles Ogle ...
Col. Radulski
Guy Oliver ...
Count Henloe
Edwin Stevens ...
Prince Vladimir
Clarence Burton ...
Fredericks
Theodore Roberts ...
Sen. Ballard
Ruth Renick ...
Kate Ballard

57 minutes

Hawthorne (Reid) fait sauter la banque du casino de Monte Carlo. Des révolutionnaires tentent de lui dérober son argent pour renverser la royauté de leur pays. Hawthorne et son copain Rodney (Ford) comptent rejoindre Sprudelbad (Ha ha !) et transitent via le pays en question. Durant une halte Hawthorne escalade un mur pour récupérer sa casquette. Il fait la connaissance d'Irma (Lee) une jeune femme qui s'invente des romances. Hawthorne tombe amoureux et décide de financer la révolution pensant ainsi aider la jeune fille : pour cela il adhère au groupe révolutionnaire mené par Nitchi et le prince Vladimir. Malheureusement il découvre qu'elle est princesse : il faut maintenant renverser la vapeur ...



Wallace Reid, Lila Lee et Harrison Ford ont beau être charmants, ce film est très quelconque. Tully Marshall, Charles Ogle, Theodore Roberts n'y peuvent rien non plus si cette histoire ne décolle pas.
Pour booster le tourisme, Hawthorne engage des indigènes qui font mine d'entrer dans les bains avec des béquilles mais qui en ressortent en esquissant quelques pas de danse. Il faut probablement être natif des Etats-Unis pour supporter les allusions patriotiques à la mère patrie d'Hawthorne qui alourdissent terriblement le film. Même l'humour ne suffit pas à alléger la sauce. Bref, je n'ai pas croché mais par contre il faut avouer que Wallace Reid et Harrisson Ford portent de très jolies casquettes !
Un orchestre de Jazz noir américain est visible à la fin du film, ce qui parait bien avant-gardiste pour un film de cette époque.

Disponible chez Grapevine avec une musique standard.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres