Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

jeudi 2 février 2012

White Sister (The) - Henry King - 1923



Lillian Gish ...
Angela Chiaromonte
Ronald Colman ...
Capt. Giovanni Severini
Gail Kane ...
Marchesa di Mola
J. Barney Sherry ...
Monsignor Saracinesca
Charles Lane ...
Prince Chiaromonte
Juliette La Violette ...
Madame Bernard
Gustavo Serena ...
Prof. Ugo Severi (as Signor Serena)
Alfredo Bertone ...
Filmore Durand
Roman Ibanez ...
Count del Ferice
Alfredo Martinelli ...
Alfredo del Ferice
Ida Carloni Talli ...
Mother Superior (as Carloni Talli)
Giovanni Viccola ...
Gen. Mazzini
Antonio Barda ...
Alfredo's Tutor
Giacomo D'Attino ...
Solicitor to the Prince
Michele Gualdi ...
Solicitor to Count

143 minutes

Le Prince Chiaramonte vit dans son palais dans les environs de Naples et du Vésuve, avec sa fille ainée née d'un premier mariage, la marquise di Mola, et sa fille Angela née d'une deuxième union. Toutes les deux sont amoureuses du capitaine Severini qui est fou d'Angela. Le prince meurt d'un accident de cheval au cours d'une chasse à courre et sa fille ainée détruit le testament établi par son père et devient ainsi l'héritière du palais. Angela née d'une mère qui ne s'est jamais mariée est désavouée et la Marquise la chasse de la maison paternelle sans pitié. Madame Bernard la prend sous son aile et l'héberge. Entre temps Giovanni reçoit un ordre de marche qui l'envoie mener des troupes en Afrique. Il promet d'épouser Angela à son retour mais il se trouve que son camp est attaqué et que l'annonce de sa mort arrive jusqu'à Angela qui tombe inanimée ...



Le début est très lent et le rythme se développe sans trop de surprise pendant la moitié du film. La fin tombe dans le tragique de manière pompeuse (mais on n'est pas loin de Pompéi !). C'est très théâtral et beaucoup trop long, en tout cas la première heure durant laquelle de nombreux plans sont interminables et pas nécessaires. La fin est prévisible mais bien menée. Lillian Guish prend des airs de madone en levant les yeux au ciel, Ronald Coleman tire son épingle du jeu et joue avec naturel.





Ouh là, mais que fait la censure ?


2 commentaires:

Noira Dupont a dit…

J´adore Lillian Gish!
mais est difficile de trouver ses films, surtout si antiques...
connais-tu une web où je peux les trouver?

731 HOP a dit…

Bonjour Noira,
Certains films se trouvent encore assez facilement, c'est le cas de ce film par exemple sur http://www.amazon.com/White-Sister-Ronald-Colman/dp/B0031KBWQM
ou sur les sites connus comme Ebay ou Ioffer en restant prudente bien sûr ;-) Bonne chance et cordiales salutations

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres