Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

mardi 30 octobre 2012

Fightin' Jack - Louis Chaudet - 1926



William Bailey ...
Jack Rhodes (as Bill Bailey)
Hazel Deane ...
Betty Bingham
Frona Hale ...
Jack's mother
Jack Byron ...
José Cortez (as John Byron)
Sailor Sharkey ...
Pedro Sánchez
Herma Cordova ...
María Sánchez

52 minutes

Le ranch Rhodes jouxte le ranch occupé par José Cortez (Byron), un bandit qui n'a aucun droit de s'y installer mais qui compte bien s'incruster et le posséder. L'héritière du ranch, Bettty Bingham (Deane) est justement sur le point d'en prendre possession et loge à l’hôtel du coin en attendant. Comme elle décide d'aller peindre sur le bord d'une falaise, l'affreux Cortez envoie son homme de main Pedro (Sharkey) se débarrasser d'elle. Tombée à la mer elle doit son salut à l'arrivée de Jack Rhodes (Bailey) qui n'hésite pas à descendre la chercher. Comme tout ce petit monde se trouve sur les terres du ranch occupé par Cortez, celui-ci dépose plainte auprès du shérif pour trespassing et rajoute, pour faire bonne mesure, le vol de son cheval qu'il cache dans un petit vallon.
Le shérif a donc un mandat d'arrêt et part à la recherche de Jack. Betty tente de le prévenir et surprend Pedro près du pseudo cheval dérobé. Malheureusement elle est découverte et finit par se faire enlever par l'affreux Pedro. Au ranch l'arrivée de cette jeune femme attise la jalousie de Maria (Cordova) déjà l'objet de la rivalité entre Pedro et José. José met la  main sur l'acte de propriété de Betty et jubile en se voyant dès lors officiellement propriétaire du ranch. Évidemment Jack, prévenu par l'un de ses hommes, ne va pas tarder à venir à la rescousse de Betty (que sa maman semble déjà beaucoup apprécier !) ...



Difficile de voir en William Bailey un héros traditionnel. Pas très gâté par la nature, ses expressions sont assez quelconques. Pour sauver Betty, pas d'action héroïque : Il attache son lasso au pommeau de sa selle et entreprend la descente de la falaise prudemment alors que la pauvre fille se débat dans l'eau. Ensuite il remonte par la même voie alors qu'il aurait pu passer par une berge non loin ? Ce qui fait que Bill Bailey est peut-être l'un des premiers anti héros du cinéma. Toujours est-il que le méchant de service incarné par Jack Byron prend beaucoup plus de place à l'écran et bien sûr il en fait deux fois trop. L'action va crescendo pour terminer dans la violence et un triple combat mettant face à face les deux femmes qui s'écharpent sans pitié, les deux hommes de main et José et Jack avant l'arrivée du shérif.
L'un des seuls films tournés par Sailor Sharkey, considéré comme l'un des cent boxeurs les plus forts cogneurs.
On trouve ce film chez Grapevine et on peut voir un extrait de la version Pathescope intitulée The Last Commandment sur La chaine d'Unknown Cinema sur Youtube

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres