Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

mercredi 1 mai 2013

Tempest - Sam Taylor - 1928



John Barrymore ...
Sergeant Ivan Markov
Camilla Horn ...
Princess Tamara
Louis Wolheim ...
Sergeant Bulba
Boris de Fast ...
The Peddler
George Fawcett ...
The General
Ullrich Haupt ...
The Captain
Michael Visaroff ...
The Guard

111 minutes
Titre français : Tempête


Du temps des Tsars, dans une garnison. Ivan Markov étudie dur dans le but de devenir officier. Il devra passer devant une commission d'examen et il sait que son extraction paysanne ne va pas le servir bien qu'il ait le soutien de son Général car ses états de services sont excellents.
Son vieux copain Bulba le soutient tendit que son Capitaine le méprise, ainsi qu'il méprise tous les hommes de basse extraction. Le jour de son passage devant la commission chargée d'examiner son cas, Tamara, la fille du Général fait son apparition et Ivan tombe éperdument amoureux au premier coup d'oeil. Ayant passé le premier stade de l'examen il se retrouve à la rivière avec ses hommes dont l'un rapporte des vêtements de femmes qui se baignaient trouvés non loin de là. Galant Ivan se propose de les rapporter mais ce faisant est surpris par Tamara outrée qu'un gentleman puisse faire une telle chose. Pris par une impulsion soudaine Ivan l'embrasse et Tamara lui promet des représailles. Malgré tout Ivan est promu Lieutenant, le premier de son status social depuis une décade grâce au paternalisme du Général. Il est invité à son premier bal, célébrant l'anniversaire de Tamara. Lorqu'Ivan pose le pied dans la grande salle il est victime de l'ostracisme de ses congénères. Le Général tente de le faire danser avec sa fille mais elle se montre glaciale et il la conduit auprès de son Capitaine qui se trouve être le fiancé de la jeune fille. Seul dans son coin Ivan se saoule joliment et alors qu'il erre dans les couloirs du palais se retrouve dans la chambre de Tamara dans laquelle pris de passion soudaine il dépose des roses blanches sur le lit de la demoiselle et grave sur une médaille de St Ivan son amour pour la belle avant de s'endormir. Lorsque Tamara le découvre dans sa chambre elle appelle à l'aide et Ivan déconfit est arrêté, dégradé publiquement avant de se retrouver au travaux forcés où le rejoint son vieil ami Bulba. Mais la révolution est en marche ...



Une belle histoire d'amour sur fond de lutte des classes et de révolution. L'histoire est très mélodramatique est peu crédible, l'image est magnifique et parfaitement maitrisée tout en étant filmée de façon très originale (on débute par survoler la garnison de manière d'une manière très frappante et les images hallucinatoires dans la cellule de prison sont magnifiques et très évocatives) et le jeu des acteurs est convaincant. Ainsi John Barrymore, à son habitude, donne une dimension intéressante à son personnage et on passe un bon moment devant le spectacle qui nous est montré même si on a de la peine à imaginer qu'Ivan est un fils de paysan. Dans ce film John Barrymore a 46 ans mais ne les fait pas, même s'il est évident qu'il n'est plus de première jeunesse. Je ne suis pas personnellement très fan de son nez mais visiblement il y a toujours quelques allusions au sujet de son fameux profil. A un moment il touche même le nez de Louis Wolheim, lui-même reconnaissable entre mille avec son nez écrasé !

Camilla Horn est très belle et sa classe est indubitable. Après sa prestation dans Faust (1926) de Murnau, elle est acclamée, Hollywood lui ouvre ses portes et Joseph M. Schenck voit en elle une nouvelle Garbo et s'en éprend. A l’avènement du parlant elle retourne en Allemagne sa patrie d'origine.

Boris de Fast, d'origine russe, a le rôle du marchant ambulant annonçant la révolution et l’ascension du peuple. Grimé à la Raspoutine il se montre illuminé et presque diabolique, tout comme le peuple se montrera au final indigne de gouverner, pillant et tuant sans aucun discernement ou pitié. Comme il se montre odieux et insidieux on a envie de lui tordre le cou dès les premières images. 

Louis Wolheim ainsi que George Fawcett sont parfaits. Tous deux se montrent même touchants plus d'une fois.

Ce film n'a pourtant pas été un grand succès commercial et on peut le comprendre, du moins partiellement. Il y a peut-être trop de longueurs après que Ivan soit condamnés aux travaux forcés ? Toujours est-il qu'à ce moment j'ai trouvé le temps un peu long. Et le fait que dans le fond les révolutionnaires et le peuple soient montrés comme des rustres indignes y est peut-être aussi pour quelque chose ? D'un autre côté on ne peut pas parler de partialité puis que les nobles sont montrés comme des gens coincés, snobs et favorisant les contacts avec leurs pairs.

Lewis Milestone et Viktor Tourjansky ont participé à la réalisation de ce film.

La version DVD d'"Image Entertainment" provient de Chine (jaquette et sous-titres bilingues, sous-titrage amovible)





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres