Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

mardi 11 mars 2014

The Michigan Kid - Irvin Willat - 1928




En Alaska, pendant la ruée vers l'or. Dans la folie qui l'entoure, Jimmy Cowan alias le Michigan Kid, pense à remettre son casino (qui est un vrai filon !) pour retourner au Michigan, maintenant qu'il a fait fortune. Alors qu'il est en train de faire ses bagages, un croupier lui apporte la montre d'un joueur qui souhaite la mettre en gage et dans le couvercle de laquelle il découvre l'image de la femme qu'il aime et pour laquelle il s'est exilé afin de lui revenir fortuné.
La montre appartient à Frank Hayward qu'il reconnait aussitôt comme son rival depuis leur enfance. Frank est responsable d'une mine mais a puisé dans les caisses de son employeur. Il tente maintenant de se renflouer au casino car sa fiancée est en route pour le rejoindre afin de l'épouser. Jimmy se garde de dévoiler sa propre identité et donne à Frank la somme dont il a besoin. Frank, un joueur compulsif, joue et perd tout ses biens. Mauvais perdant il sort un revolver et accuse le croupier d'avoir triché. Après qu'il l'ait blessé, le shérif l'emmène mais il est rapidement relâché car la blessure est loin d'être grave. Jimmy lui propose de lui fournir un prêt pour le sortir d'embarras mais en contrepartie il doit se rendre de suite à la mine où il se propose de mener Rose, la jeune femme à laquelle il pense depuis sa jeunesse, qu'il accueillera à la place de son rival. Trop heureux de se tirer d'affaires Frank accepte.
A l'arrivée du bateau Rose descend et Jimmy lui présente le mot écrit par Frank en guise d'introduction. Il emmène la jeune femme dans les montagnes. Le chemin est long et Rose ne semble pas reconnaître Jimmy bien qu'elle lui "voit une certaine ressemblance avec un jeune homme qu'elle a connu il y a fort longtemps".
Après une journée de marche, ils font halte dans la cabane intermédiaire de la mine. La tempête se lève et de son côté Frank, imaginant le pire, décide de redescendre les rejoindre  ...

(... he, he, suspens !)


Un film qui nous donne l'occasion de découvrir Conrad Nagel dans un rôle moins courant pour lui, habitués que l'on est à le voir dans des drames ou des romances. Autant le dire tout de suite ce rôle lui va plutôt bien. Bien sûr il ne s'agit pas d'un rôle d'homme des bois ou de cowboy, mais plutôt d'un homme assez raffiné par rapport aux personnes qu'il côtoie.
Le début du film est excellent. Pour nous montrer la vie qui tourbillonne durant cette période en Alaska, le réalisateur filme une succession d'images qui se superposent un peu, faites d'un mélange de roulette de casino, de gambettes de femmes qui dansent ou de prospecteurs etc, et la suite est tout à fait charmante. En flash back on découvre l'enfance de Jimmy, son amour pour la petite Rose et sa rivalité avec Frank. Le grand-père de Rose l'ayant traité de "ragamuffin" sans avenir, Jimmy a décidé de faire fortune pour séduire Rose. Malheureusement celle-ci, sur le point d'épouser Frank, se refuse en regrettant qu'il n'ait jamais écrit depuis son départ. 
Frank ne vaut bien sûr pas tripette mais il tient à sa Rose. La première moitié du film est donc fort attractive. La deuxième un peu moins car le réalisateur passe au mode film catastrophe, avec un gros incendie de forêt. Les héros en canoë auront fort à faire pour sauver leurs vies, Frank aura montré son vrai visage en assommant Jimmy qu'il comptait abandonner dans la cabane entourée par les flammes.
La fuite en canoë est pas mal filmée du tout, on aura même l'impression de basculer dans une chute d'eau et cette scène est plutôt bien faite, malgré tout la catastrophe prend un peu le pas sur le drame humain qui se joue et c'est dommage.

Un film sympathique à voir, aussi pour les admirateurs de la jolie Renée Adorée ou de Conrad Nagel voire de Lloyd Whitlock qui a mené une fort jolie carrière cinématographique lui-aussi.

Conrad Nagel en Michigan Kid


A ne pas confondre avec The Michigan Kid (dont l'histoire est décrite sur le blog Western Mood, cliquez sur le lien pour plus d'informations) tourné en 1947 par Ray Taylor avec Jon Hall qui n'a rien à voir avec ce film.


Conrad Nagel ...
Jimmy Cowan, the Michigan Kid
Renée Adorée ...
Rose Morris
Lloyd Whitlock ...
Frank Hayward
Fred Esmelton ...
Hiram Morris
Adolph Milar ...
Shorty
Maurice Murphy ...
Jimmy Cowan, as a child
Virginia Grey ...
Rose, as a child
Don House ...
Frank Howard, as a child

On trouve le film chez

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres