Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

mercredi 5 novembre 2014

Laila - George Schnéevoigt - 1929


Au pays des Lapons. Des commerçants norvégiens, Les Lind, font des préparatifs pour  emmener en traineau leur petite fille dans une petite ville où elle devrait être baptisée par le prêtre itinérant.
En chemin le petit convoi de traineaux tirés par des rennes est attaqué par des loups et la jeune fille s'occupant du bébé emmitouflé dans de chaudes peaux perd le couffin dans sa fuite. Il fait trop sombre pour partir à la recherche de l'enfant mais tôt le matin les parents se mettent en route depuis le petit chalet qui leur sert de refuge durant l'étape. 
De son côté Jåmpa, l'un des hommes de Aslag Laagje, un riche éleveur de rennes, découvre le bébé et le ramène au campement où sa femme qui ne peut avoir d'enfant est ravie de s'occuper de la petite fille. Elle sera baptisée Laila dès que possible et grandit avec Mellet, le fils adoptif de Aslag et de sa femme Mor.
Noël approchant Aslag Laagje va au petit bourg où il compte acheter quelques jouets. Il se rend bien sûr chez les Lind et demande pourquoi Madame Lind a l'air si abattue. Lorsqu'il comprend qu'elle a perdu une petite fille quelques mois auparavant il comprend qu'il s'agit de la petite Laila et envoie Jåmpa la rapporter au couple le soir de Noël.
Les parents sont fous de joie mais le clan de Aslag est bien triste. 
Quelques mois plus tard la peste se propage de façon foudroyante et Aslag Laagje envoie à nouveau Jåmpa aux nouvelles, histoire de voir comment va la petite fille qui leur manque tant. Elle a été recueillie par un couple de vieillards qui la confie au brave homme en lui rappelant de se souvenir que la petite est Norvégienne.
De retour au campement le temps passe et 19 ans plus tard Laila est une jeune demoiselle que ses parents adoptifs verraient bien épouser son frère adoptif Mellet.
Un grand comptoir est organisé et la tribu de Aslag Laagje s'y rend dans le but d'acheter la robe de mariée de Laila. De son côté la jeune fille qui ignore être norvégienne fait la connaissance au magasin de Anders Lind qui tient un petit magasin avec sa soeur Inger. Laila semble fascinée par le jeune homme qui est en fait son cousin et sympathise très vite avec Inger qui lui montre une Bible. Laila souhaite l'échanger contre un ou plusieurs rennes mais Anders refuse avant de la lui offrir.
Laila gagne la course organisée pour l'occasion grâce au renne capturé pour elle. Anders lui demande de lui le vendre mais Laila le lui fait apporter en cadeau.
L'été suivant le clan de Aslag campe non loin de la petite ville et Stormwind, le renne, fausse compagnie à Inger. Laila le trouve et le ramène aux deux jeunes gens qui l'invitent à la maison ...

La première partie de l'histoire est assez lente et nous présente la vie des Lapons dans le Nord où ils élèvent des rennes qui leur servent à tout : à se nourrir, se vêtir ou comme moyen de transport.
Leur vie se passe loin de la civilisation et ils se fournissent en marchandises chez les Norvégiens qui tiennent les commerces. Ils skient avec aisance et semblent mener une vie saine dans une nature intacte et magnifique.

On comprend très vite qu'il y a une espèce de ségrégation entre les Norvégiens et les Lapons, les Norvégiens n'épousent pas les Lapons et vice et versa. (Les Lapons sont montrés avec des chapeaux à plusieurs pointes qui sont à la mode de nos jours dans les stations de ski. Ai-je bien vu ? Les pointes des chapeaux sont gonflées et pleines en hiver, molles et tombantes en été !). Les Norvégiens sont appelés les Daros par les Lapons dans le film et les acteurs incarnant les Lapons ont des sourcils taillés très haut, est-ce pour le film ?
Au début du film une scène étonnante nous montre Aslag Laagje invité dans l'appartement privé des parents de Laila. Bizarrement Lind reste debout devant son invité assis sur une chaise que le commerçant lui a désignée pour qu'il boive un verre d'eau de vie qu'il lui offre. La scène est assez choquante pour des yeux de notre époque. Pourquoi Lind ne s'assied-il pas avec Aslag Laagje ? Coutume locale ou différence de classe ? Sachant que Aslag Laagje est un Lapon riche et que Lind est commerçant, la conclusion s'impose d'elle-même.

A noter que les rennes sont des animaux de petites tailles et que les systèmes d'attelage montrés dans le film sont étonnamment mal conçus. Ils se composent d'un licol et d'un harnais relié par une attache qui semble partir depuis sous le ventre de l'animal qui est mené par une guide qui part du licol. Tirées par une seule et unique attache les charges ne sont pas équilibrées du tout et ballotent en tous sens.
De plus les pauvres animaux sont souvent obligés de tracter un congénère récalcitrant attaché derrière une luge ou carrément deux lourdes personnes. Comme il n'y a qu'une attache qui leur passe sous les jambes il arrive souvent qu'ils se prennent les pieds dans les traineaux ou dans la sangle. On s'en étonne quand même ! Car enfin si les rennes sont précieux pour les Lapons ils ne font en tous cas pas grand cas de leur bien être dans ce film !
A la lumière de ce qui précède j'avoue que les scènes de transport avec les rennes dans la neige et les scènes de lasso ne m'ont pas plu du tout. (L'été les rennes sont utilisés comme animaux de bats et c'est tant mieux pour eux !)

Les images mettent bien en valeur les paysages somptueux. Mona Mårtenson est une belle jeune femme qui se montre naturelle et pleine de vie, sans elle le film serait certainement bien moins attractif car les deux prétendants ne se montrent pas particulièrement attirants ni l'un ni l'autre. Le personnage le plus étoffé est Jåmpa. On regrette quand même que les Lapons ne soient pas incarnés par de vrais Lapons !
L'attrait de ce film consiste à découvrir une région et des coutumes que l'on ne connait pas bien. Les images sont belles et la musique bien adaptée. Pour le reste le scénario est faible, l'action du film est prévisible et le film est trop long pour moi.

George Schnéevoigt a été chef opérateur pour Carl T. Dreyer.


Le scénario est adapté d'un roman de Jens Andreas Friis (1881).
Joliment édité chez Flicker Alley musique de Robert Israel inspirée par la musique composée par Edvard Grieg.


164 minutes


Mona Mårtenson ...
Laila
Tryggve Larssen ...
Jåmpa
Harald Schwenzen ...
Anders
Peter Malberg ...
Aslag Laagje
Cally Monrad ...
Mor Laagje, hans kone
Henry Gleditsch ...
Mellet
Finn Bernhoft ...
C.O. Lind, handlesmann
Lilly Larson-Lund ...
Hans hustru
Ibe Brekke ...
Magga, tjenestepike hos Lind
Aslag Aslagsen Sara ...
Lasse, en tjenestegutt
Rasmus Christiansen ...
Bror til C.O. Lind
Alice O'Fredericks ...
Inger
Mattis Morotaja ...
Melet som liten gutt


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres