Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

jeudi 1 janvier 2015

Disputed Passage - Frank Borzage - 1939




John Wesley Beaven entre en faculté de médecine où la plupart des cours sont donnés par un professeur mondialement connu, excellent mais misogyne et très dur, le Docteur Tubby Foster. Celui-ci humilie et traumatise les étudiants qui suivent son cours d'introduction durant lequel il déclare d'ailleurs sans ambages que "plus de 60 % de l'auditoire, trop imbécile, ne finira pas l'année". 

John travaille très dur et sacrifie toute vie mondaine, il se lance à corps perdu dans les études. A la remise des diplômes le vieux professeur Cunningham axe son discours sur le coeur et la compassion que les jeunes diplômés devront désormais aussi utiliser et démontrer pour poursuivre leurs carrières. Un discours dont John se moque.
Plus tard le Dr Foster le nomme comme son seul assistant, un poste que John accepte en précisant que "le navire est plus important que l'équipage" car les opinions des deux hommes divergent sur de nombreux points. Durant la remise des diplômes John aperçoit une très belle jeune femme assise non loin, Audrey Hilton qui rejoint le Dr Cunningham dès la fin de la cérémonie.

5 ans plus tard le Dr Foster et son nouvel assistant travaillent avec acharnement et John devient aussi dur que son modèle. 
Un jour Foster est pris à parti par un étudiant qui n'a pas apprécié ses remarques et qui lui flanque une solide dérouillée avant que John ne vienne à sa rescousse. Dans l'incapacité d'opérer, Foster lui demande d'extraire une balle logée dans le bras d'un patient. A sa grande surprise John découvre le visage d'Audrey sur la table d'opération.
Pendant la convalescence Audrey explique être chinoise car dit-elle c'est ainsi qu'elle se perçoit "à l'intérieur, et c'est la seule chose qui compte" après avoir vécu sa jeunesse en Chine où elle a été recueillie lors de la mort de ses parents. Aux Etats-Unis ses parents adoptifs sont les Cunningham et la balle a été reçue en Chine quelque temps auparavant.

John commence à éprouver des sentiments pour Audrey et s'humanise petit à petit. Mais Audrey alias Lan Ying travaille pour la Chine car elle estime avoir une dette envers le pays qui l'a adoptée. Elle décide de s'assurer que cette dette est bien payée avant de retourner auprès de John.

Voyant que son pupille commence à lui échapper et ayant appris par Cunningham que les deux jeunes gens comptent se marier, Foster va trouver Audrey et la convainc que le mariage mettrait en péril la carrière de son bien aimé. Dès lors Lan Yin quitte les Etats-Unis pour la Chine où la guerre fait rage, laissant John anéanti. 
Lorsque Foster laisse échapper par mégarde qu'il est responsable de son départ, John embarque aussitôt sur les traces de sa bien aimée et entame son périple en plein conflit sans savoir où se rendre vraiment.
Il finit par arriver dans un petit village durement touché par les bombes et fait la connaissance de LaFerrière un médecin français lui-même blessé (Victor Varconi) qui a ouvert un hôpital pour venir en aide aux blessés. John désire poursuivre sa route mais devant les horreurs qui l'entourent il décide de prêter main forte à LaFerrière. Après qu'il ait opéré comme un forcené durant des heures, un avion lance une bombe sur le village et John est atteint alors qu'il essaie d'évacuer une petite fille. Enfoui sous les décombres, il est retrouvé inconscient, un éclat d'obus dans la tête. Impuissant à l'opérer, LaFerrière envoie un message à Foster qu'il connait pour avoir suivi l'un de ses cours à la Sorbonne ...


Un bon film pour commencer l'année 2015, c'est aussi le 700e film de ce blog.

Le prologue commence ainsi, expliquant au passage le titre de ce film que l'on pourrait traduire par "traversée contestée" (passage contesté ou remis en question). A noter que la citation de ce poème écrit en 1860 par Walt Whitman n'est pas complète  http://www.whitmanarchive.org:8080/published/LG/1860/clusters/158

Have you learned lessons only of those who admired you, and were tender with you, and stood aside for you ?
Have you not learned great lessons from those who braced themselves against you, and disputed the passage with you?

(avez vous appris des leçons de ceux qui vous admiraient et étaient tendres avec vous, et qui se tenaient à l’écart de vous ?
N'avez vous point appris de grands leçons de ceux qui vous contrent, et contestent le passage ?) traduction approximative.

On comprend donc tout de suite que le thème de ce film tourne autour des adages populaires et sages  "c'est dans l'adversité qu'on devient plus fort" et oui, "les épreuves font grandir" !

Tout de suite après le prologue les premières images montrent Lloyd C Douglas écrivant une lettre de remerciement à Paramount.

Il y a quand même quelques détails qui ne sont pas très crédibles même s'ils ne nuisent pas au sens du film. Ainsi en se mettant dans le contexte de l'époque on imagine qu'entre le temps de l'envoi de la lettre de LaFerrière et l'arrivée de Foster au village des mois ont passé. Il est improbable que John survive si longtemps en attendant une opération (le film indique à tout casser quelques semaines si on se base sur le fait que bras de LaFerrière est toujours bandé à l'arrivée de Foster). La fin du livre aurait certainement été plus plausible (le héros est agressé dans une rixe en plein quartier chinois de New York) même si la fin inventée par le scénariste Bayard Veiller n'est pas mauvaise en soi. 

John est montré au début du film comme un homme ayant la foi, son comportement face au discours du Dr Cunningham lors de la remise des diplômes est donc un peu douteux (ce n'est pas un docteur c'est un missionnaire! dira-t-il). On met sa réaction sur le fait qu'il a beaucoup changé durant ses études qui l'ont visiblement très endurci mais on a de la peine à le croire sincère surtout si on se réfère aux échanges avec Foster au début, entre cet homme de science et ce jeune étudiant un peu mystique. On comprend donc que quelque part dans cette quête cérébrale il perd son coeur, et donc son âme, au profit de son cerveau et de la science.

On se demande de quoi se mêle le Dr Cunningham lorsqu'il va voir Foster pour lui apprendre que John et Audrey ont l'intention de se marier ?

L'ex Miss New Orleans Dorothy Lamour est très belle mais il faut avouer qu'elle manque un peu d'expressivité. On comprend qu'elle ait joué tant de rôles de femmes exotiques. Ce rôle survient 2 ans après le grand succès obtenu dans Hurricane de John Ford.
John Howard est connu pour son rôle dans la série de Bulldog Drummond. C'est un acteur discret mais crédible.
Akim Tamiroff est un acteur solide aux prestations toujours fascinantes. Il aurait passé un mois dans divers hôpitaux pour parfaire son rôle.

 Les images sont bien sûr très belles, la lumière est parfaitement maitrisée et utilisée de main de maitre, l'action peut-être un peu lente au départ fixe bien les caractères. Le miracle final est bien sûr du pur Borzage pour qui l'amour est plus fort que tout et capable de renverser des montagnes ou dans ce cas d'accomplir des miracles. Un thème dont je ne me lasse pas non plus.



A noter que l'aviatrice qui emmène Audrey auprès de John à la fin est Ya-Ching Lee, une femme très célèbre dans l'histoire de l'aviation (elle est en outre l'une des 10 premières femmes à avoir obtenu son brevet de pilote à Genève). Pour en savoir plus http://www.pionnair-ge.com/spip1/spip.php?article121


 La fin de l'histoire est modifiée pour faire écho aux événements qui se passent en Chine alors en plein conflit Sino-Japonais.

 Tourné pour Paramount (compagnie pour laquelle il avait déjà tourné "Desire")

 D'après un roman de Lloyd C. Douglas qui a déjà inspiré Green Light et White Banners de Goulding et inspirera the Big Fisherman (Lloyd C. Douglas a entre autre aussi écrit The Magnificent Obsession et The Robe).

Titres français : Chirurgiens ou Le souffle de la vie

87 minutes


Dorothy Lamour ...
Audrey Hilton
Akim Tamiroff ...
Dr. 'Tubby' Foster
John Howard ...
John Wesley Beaven
Judith Barrett ...
Winifred Bane
William Collier Sr. ...
Dr. William Cunningham
Victor Varconi ...
Dr. LaFerriere
Gordon Jones ...
Bill Anderson

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres