Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

mercredi 25 mars 2015

Salomé - Charles Bryant, Alla Nazimova - 1922


A  la cour du roi Hérode, Salomé attire tous les regards au grand déplaisir de sa mère, devenue la femme de Hérode après que le roi ait fait tué son mari pour l'épouser.
La jeune fille quitte la table et regarde la lune lorsqu'elle entend la voix du prophète enfermé par son beau-père dans un puits. Fascinée par le visage de Jean le Baptiste éclairé par la lumière du puits, Salomé convainc Narraboth le Capitaine des gardes d'ouvrir la geôle en lui offrant son sourire en échange de la clé. Jean le Baptiste a vu la lumière (au propre et au figuré) mais il refuse les avance de la Princesse. 
Atterré par la scène, Narroboth se donne la mort en se plantant un poignard dans la poitrine; malgré tout la jeune fille ne le voit pas.
Hérode quitte alors la table et demande à Salomé de manger, boire ou de danser pour lui. Comme elle refuse toutes ses propositions, il finit par lui promettre tout ce qu'elle peut désirer en échange d'une danse. Voyant le désir dans les yeux de son beau-père Salomé voit un moyen d'obtenir enfin Jean le Baptiste. Elle danse puis demande la tête prophète.
Horrifié Hérode refuse la quête macabre mais la jeune fille insiste. Comme personne n'ose lever le bras contre celui qui a vu Dieu, Salomé descend seule dans la fosse armée d'une épée ...
 



Poème macabre très beau et poétique. Les décors et les costumes sont absolument extraordinaires et les scènes superbes. Les images esthétiquement proches de la perfection et parfaitement maitrisées nous gardent sous le charme. Le montage est comme une longue respiration qui aboutira à la mort de Salomé. "Le mystère de l'amour est plus grand que le mystère de la mort", comme le dit l’héroïne de ce film en prononçant ses dernières paroles.

Alla Nazimova se comporte comme un petit page boudeur et sûr de son charme. Sa figure androgyne se prête à merveilles au style du film. Ses perruques font ressortir ses traits parfaits et le jeu du noir et du blanc appuie sur les contrastes de manière très heureuse. Les perspectives et les décors ombrés accentuent la précision des scènes. Les accessoires créent un monde magique et lointain proches du fantasme ou du rêve.

Natacha Rambova - de son vrai nom Winifred Kimball Shaughnessy - était à la base une danseuse qui se tourna ensuite vers la décoration. Elle innova et apporta l'art nouveau et l'art deco sur les plateaux de cinéma. Elle était aussi la femme de Rudolph Valentino qu'elle avait rencontré sur le tournage de Camille en 1921 (dont l'actrice principale est aussi Nazimova). Pour ce film elle s'est inspirée des illustrations que Aubrey Beardsley a faites pour la première édition de cette pièce de Oscar Wilde.

 Produit par Alla Nazimova


D'après la pièce de Oscar Wilde, scénario de Natacha Rambova sous le nom de Peter M. Winters


 72 minutes

Mitchell Lewis ...
Herod, Tetrarch of Judea
Alla Nazimova ...
Salome, stepdaughter of Herod (as Nazimova)
Rose Dione ...
Herodias, wife of Herod
Earl Schenck ...
Narraboth, Captain of the Guard
Arthur Jasmine ...
Page of Herodias
Nigel De Brulier ...
Jokaanan, the Prophet
Frederick Peters ...
Naaman, the Executioner
Louis Dumar ...
Tigellinus

 Davantage d'informations
https://salomenazimova.wordpress.com/photos/

Quelques superbes illustrations de Aubrey Beardsley




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres