Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

mercredi 1 juin 2016

(Привидение, которое не возвращается) - Le fantòme qui ne revient pas - Abram Room - 1929

 
En Amérique du Sud, dans un pays à la pointe du progrès dans tous les domaines (!).
Une exploitation pétrolière protégée par des gardes armés s'étend à perte de vue, les travailleurs y sont menés encadrés comme des prisonniers.

Dans la prison panoptique ultra moderne non loin, les condamnés sont gardés sous haute surveillance. L'un d'eux, José Real, est un meneur révolutionnaire condamné à perpétuité.

Un jour l'un des captifs parvient à lui faire parvenir un message avant de se jeter dans le vide. José harangue alors ses co-détenus qui se révoltent en jetant sur les gardiens tout ce qui passe à portée de leur main.
Enfermé au cachot pour avoir fomenté la révolte José apprend bientôt qu'il va obtenir une journée de liberté car il a maintenant passé 10 ans derrière les barreaux. 
Le directeur de la prison espère bien qu'il tentera de s'évader ce qui permettra à l'homme chargé de le surveiller de l'abattre ...



Le début vous laisse sans voix tant l'intensité des images est puissante. La photographie est originale et somptueuse. La scène de la révolte de la prison est époustouflante de maitrise et de dynamisme. 

Il est fort probable que le roman porte sur la lutte des classes, mais dans le fond qu'importe que l'histoire se passe en URSS, soit une allégorie sur le goulag ou un film se passant à notre époque dans une multinationale sans pitié pour ses employés. La lutte est toujours la même, la liberté d'expression, l'indépendance de l'esprit contre l'état ou la multinationale au système répressif. La seule solution est la révolte, par la grève ou par les armes. C'est le choix de ce film qui ne peut que vous scotcher devant votre écran devant la force de ses images.
Le réalisateur passe de la cellule (comment compter les angles en une minute, score de 60 pour le héros) aux espaces extérieurs sans limites.
La fin est très abrupte.

On trouve ce film dans la collection les chefs d'oeuvre du cinéma Russe chez Bach Films. L'image est pas mal du tout.



D'après un roman de Henri Barbusse Le rendez-vous qui n'a pas eu lieu

74 minutes










Boris Ferdinandov ...
Khose Real
A. Filippov ...
Syn Khose
Karl Gurnyak ...
Rabochiy, chlen komiteta
Dmitriy Kara-Dmitriev ...
Shef agentov
Ivan Lavrov ...
Otets Khose
A. Repin ...
Soblaznitel
Maksim Shtraukh ...
Politseyskiy agent
Gavriil Terekhov ...
Santander, lyubovnik (as G. Terekhov)
Daniil Vvedenskiy ...
Nachalnik tyurmy (as D. Vvedenskiy)
E. Yakovskiy ...
Funktsioner
Leonid Yurenev ...
Starshiy nadziratel
Olga Zhizneva ...
Klemans

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres