Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

mercredi 12 avril 2017

Scherben (Le Rail) - Lupu Pick - 1921



Jour un, le long d'une voie ferrée, en hiver. Un employé veille sur la ligne et vit dans une petite maison isolée avec sa femme et sa fille.

Un jour alors que le trio est en train de manger sa soupe, le télégraphe se met à cliqueter et un message apprend au père qu'un inspecteur va leur rendre visite et qu'il est prié de l'héberger.

le soir du 2e jour, l'inspecteur descend du train et se rend dans la petite maison. le matin du 3e jour l'homme hautain croise la fille de la maison qui nettoie les escaliers.
Le soir du 3e jour l'homme viole la jeune fille. La mère se doute de quelque chose et tente d'enfoncer la porte de la chambre à coups de hache. Lorsqu'elle voit sa fille, elle comprend ce qu'il vient de se passer et sort dans la nuit. Après avoir erré quelque temps elle arrive à un petit autel dédié à la vierge Marie sous lequel elle tombe inanimée et finit par tomber dans l'oubli d'un sommeil létal.

Le père revient à la maison après avoir inspecté des kilomètres de voies et se couche sans se douter du drame qui s'est passé sous son toit. 

Le lendemain le père trouve le corps de sa femme et le ramène à la maison. Comme au ralenti, les protagonistes se meuvent choqués par les événements qui se succèdent. Dans l'incapacité d'expliquer quoi que ce soit, la fille s'enfuit.
L'inspecteur revient sans se douter de rien. Il est confronté au père et au corps de sa femme et referme la porte de la pièce où ils se trouvent.
le soir du 4e jour, tandis que son père emmène le corps de sa mère à la chapelle d'un petit village éloigné, la jeune fille implore son agresseur indifférent à sa prière et froid à son insistance désespérée de l'emmener avec lui. La pauvre fille comprend alors qu'elle ne représente absolument rien aux yeux de cet homme insensible.

Le matin du 5e jour la fille va trouver son père dévasté devant le lit vide sa femme et lui avoue tout. Au comble de la fureur l'homme se rend alors dans la chambre de l'inspecteur et l'étrangle de ses propres mains, tandis que sa fille vit la mort de son agresseur par procuration avant de quitter la maison.

Plus tard, le père fait des signaux au train qui s'arrête. Aux conducteurs qui s'approchent il déclare être un assassin ... et le cours de la vie des voyageurs ne s'interrompt pas ...



Drame en 5 actes qui portent sur 5 jours.

Dramatique et sombre, ce film vous plonge dans la descente aux enfers d'une famille standard sans histoire provoqué par le viol sans scrupule de la fille par l'inspecteur .

La caméra est statique et les expressions très appuyées, l'action est lente et ne fait pas de concession. Il y a très peu d'intertitres, mais cela ne pose pas de problème pour suivre l'histoire.

On peut traduire "Scherben" par éclats, ou débris, le titre anglais est donc tout à fait dans le ton. Le titre français par contre évite soigneusement toute allusion à un "dégât" de quelconque sorte.

 Edith Posca, la fille, était la femme du réalisateur roumain Lupu Pick.

Scénario de Carl Mayer et de Lupu Pick
 
60 minutes

 

Werner Krauss ...
Bahnwärter
Edith Posca ...
Tochter des Bahnwärters
Hermine Straßmann-Witt ...
Frau des Bahnwärters
Paul Otto ...
Bahninspektor


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres