Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

lundi 13 mai 2013

The Lost Zeppelin - Edward Sloman - 1929




Conway Tearle ...
Commander Donald Hall
Virginia Valli ...
Miriam Hall
Ricardo Cortez ...
Tom Armstrong
Duke Martin ...
Lieutenant Wallace
Kathryn McGuire ...
Nancy
Winter Hall ...
Mr. Wilson

71 minutes

Une expédition visant à atteindre le Pôle Sud en Zeppelin est sur le point de départ. Le Commandant demande à sa femme Miriam de lui attacher son noeud papillon pour se rendre à la soirée organisée en l'honneur de l'expédition, le couple est rejoint par Tom Armstrong. Après le repas alors que Donald est retenu par quelques curieux, Tom et Miriam s'embrassent dans une pièce où ils se croient loin des regards. Lorsque Donald cherche sa femme il la trouve dans les bras de Tom. Alors qu'il se retire discrètement il heurte un vase qui s'écrase dans un grand bruit sur le sol. Alertés Miriam et Tom se doutent alors que Donald les a vu. Plus tard de retour chez eux Miriam demande à Donald, accablé de tristesse, de lui accorder le divorce.
Le Zeppelin prend son envol, les communications avec la base se font par radio. Après avoir traversé un gros orage, le dirigeable s'approche de l'Antarctique. Au dessus des glaces éternelles il survole la base locale et poursuit sa course en direction du Pôle. Survient alors une tempête de neige. Après quelques heures le Zeppelin perd de l'altitude et finit par s'écraser au sol. Les survivants s'organisent ...


Même si je me doutais un peu de la fin, j'ai été surprise en bien par tout le film.


Pour situer le contexte de l'époque, ce film est est librement adapté sur l'accident survenu à Umberto Nobile en 1928 alors qu'il survolait le Pôle Nord, causant la mort de Roald Amundson. Lindbergh a effectué son premier vol transatlantique 2 ans plus tôt et l'Amiral Byrd est en pleine expédition vers le Pôle Sud. A noter que le premier hivernage en Antarctique date de 1898 !

Pour corser l'histoire le réalisateur ajoute une part de romance. J'ai bien aimé l'idée donnée par l’hôtesse de la maison lorsque Donald s'excuse platement d'avoir renversé et cassé le vase. Elle lui suggère d'apposer sa signature sur chaque morceau de vase afin de les distribuer en souvenir de la soirée. Diplomatiquement très fort comme réponse !
Bien sûr, il faudra qu'elle pense avoir perdu son mari pour que Miriam comprenne qu'elle l'aimait profondément.
Les décors sont bien faits compte ttenu de l'année de production, le son n'est pas mauvais, les bruitages sont amusants, le vent et ses sifflements, le bruit des moteurs d'avion ou du Zeppelin sonnent un peu étranges.

La légende raconte que Selznick aurait fait brûler tous les négatifs de la petite maison de production Tiffany-Stahl dans la séquence d'Atlanta en flammes dans Autant en emporte le vent.

On trouve ce film chez Oldies. Quelques captures pour illustrer le sujet :





Le chien est bien couvert : ouf !




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres