Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

mercredi 28 janvier 2015

Die Frau, nach der man sich sehnt - Kurt Bernhardt - 1929


A Serres-Bas dans le sud de la France, les Leblanc possèdent une usine sidérurgique. L'un de leurs deux fils, Henry Leblanc, est sur le point d'épouser Angela Poitrier. Sa mère lui offre le collier de fiançailles que son père lui avait offert et le fils et la mère s'étreignent plein d'émotions.
 
Pour son voyage de noces, le jeune couple se rend à la gare. Depuis le quai Henry aperçoit brièvement dans un compartiment le visage d'une femme magnifique. Les deux jeunes gens se regardent longuement, mais un homme survient et abaisse le rideau. 

Henry manque rater le train tant l'échange de leurs regards était intense et marquant.
A bord du Paris-Milan Angela se prépare à passer sa nuit de noces et attend son mari. Celui-ci fume une cigarette dans le couloir lorsque l'homme entre-aperçu précédemment quitte le compartiment et que la belle jeune femme, Stascha, le regarde depuis la porte. Henry ne peut détacher son regard de cette blonde qui l'attire auprès d'elle en sortant une cigarette que le jeune homme s'empresse d'aller allumer.
Stascha lui demande alors de ne pas la quitter et lui fait comprendre qu'elle redoute l'homme qui l'accompagne, le Docteur Karoff et Henry la rassure en lui disant qu'il restera à ses cotés.
La pauvre Angela qui attend toujours son bien aimé sort de leur compartiment et aperçoit son mari dans les bras de cette femme. Incrédule elle les observe un moment et finit par retourner pleurer tout son soûl en s'enfermant dans leur compartiment.
Lorsque Karoff revient, Stasha lui présente Henry comme étant son cousin à qui elle précise qu'ils descendent au Grand-Hotel et que sa visite leur ferait plaisir. 
A l'arrêt dans une petite gare enneigée, le couple descend et Henry ne peut se résoudre à quitter des yeux cette femme. Il finit par devenir comme fou et tire l'alarme ce qui lui permet de descendre et de rejoindre l’hôtel où il demande une chambre et un frac pour la soirée du 31 décembre avant de sonner à la porte de Stascha ...


Un film aux images sensuelles d'une grande perfection. Marlène est encore toute jeune et bien en chair, son visage qui n'est pas encore creusé est superbe, elle est tellement photogénique que c'est un bonheur de la regarder dans ses belles toilettes. Impossible de croire à son ingénuité tant elle est sensuelle et directe. Dans sa folie pour elle, Henry oublie tout et se perd dans cet amour destructeur et sans avenir.

Pour lui faire face dans le rôle du jeune homme, le séduisant acteur suédois Uno Henning, déjà apprécié dans A Cottage on Dartmoor et Die Liebe der Jeanne Ney. Dans le rôle de l'homme sur le déclin Fritz Kortner alias le Docteur de Die Büchse der Pandora.
 
C'est l'histoire d'une provocatrice fabuleuse qui rend fous deux hommes. L'un d'eux sent qu'il est sur le point de la perdre et l'autre qu'il l'a conquise. Dès lors chacun lutte pour garder cette femme superbe qui joue sans difficulté de son charme pour provoquer leur affrontement. Manipulatrice elle l'est certainement mais ce n'est pas clairement exprimé.
Il est difficile de ne pas dévoiler la fin qui est assez vite prévisible.
Une grande partie du film se passe à l’hôtel le soir du réveillon de la Saint-Sylvestre. Les scènes sont parfaites de précision et nous permettent de sentir l'ambiance tendue qui règne entre les trois protagonistes au coeur d'une foule portée à rire et à faire la fête, ce qui évidemment fait monter le tension.

L'esthétisme du film est parfait (superbe photographie du talentueux Curt Courant). On ne s'ennuie pas mais du coup on reste un peu en dehors de l'action et aussi sur sa faim ...

 
Kurt Bernhardt prendra le prénom de Curtis pour poursuivre sa carrière à Hollywood à la fin des années trente.

La même année Marlène tournera Das Schiff der Verlorenen Menschen de Maurice Tourneur avant de tourner son premier film avec Joseph von Sternberg, Der Blaue Engel en 1930.

D'après un roman de Max Brod, l'auteur qui a aussi inspiré l'histoire de The Duchess of Buffalo avec Constance Talmage de Sidney Franklin (1926).

Magnifiquement restauré par la Fondation Murnau.

Titre Français : L'énigme
Autres titres : Three Loves ou The Woman Men Yearn For

76 minutes


Marlene Dietrich ...
Stascha
Fritz Kortner ...
Dr. Karoff
Frida Richard ...
Mme. Leblanc
Oskar Sima ...
Charles Leblanc
Uno Henning ...
Henry Leblanc
Karl Etlinger ...
Poitrier
Bruno Ziener ...
Diener
Edith Edwards ...
Angela Poitrier

Frida Richard et Edith Edwards

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Membres